Morangis,
06
Décembre
2016
|
13:59
Europe/Amsterdam

Les affections respiratoires coûtent chaque année 82 milliards d’euros aux gouvernements européens

Une nouvelle étude de l’Institut allemand de Physique du Bâtiment Fraunhofer (IBP), réalisée à l’initiative du Groupe VELUX, révèle que 84 millions d’Européens vivent dans des logements trop humides, responsables d’affections respiratoires comme l’asthme et broncho-pneumopathies chroniques obstructives (BPCO). Des pathologies dont les gouvernements européens ont à supporter le coût (82 milliards d’euros par an), en termes d’hospitalisation, de perte de productivité et de traitements médicamenteux. Fidèle à son engagement pour la santé dans l’habitat, le Groupe VELUX appelle à mettre en œuvre une politique de rénovation visant l’assainissement des logements. 

Les travaux de l’Institut IBP Fraunhofer révèlent le coût socio-économique de l’asthme et des BPCO et mettent en évidence la corrélation entre ces affections et l’humidité et l’insalubrité des logements. Le coût de ces affections, chiffré à 82 milliards d’euros par an, pèse lourdement sur les économies européennes : de manière directe (traitements médicamenteux, prise en charge hospitalière ou ambulatoire des patients), mais aussi indirecte (perte de productivité).

L’étude révèle par ailleurs que près de 84 millions d’Européens vivent dans des logements moites ou humides, augmentant de 40 % leur risque de développer des affections respiratoires et des allergies au long cours. Ces chiffres prouvent que l’insalubrité demeure un sujet de préoccupation, malgré la récente prise de conscience de la corrélation entre environnement intérieur et santé publique.

« Il est très préoccupant de constater que tant d’individus passent leur vie dans des logements humides et insalubres. Les études révèlent en outre, et c’est une première, que 2,2 millions de citoyens ont développé de l’asthme parce que leur logement est insalubre »
Professeur Gunnar Grün, Directeur du Département Efficacité Énergétique et Climat Intérieur à l’IBP Fraunhofer

D’après les recherches de l’institut Fraunhofer, menées à partir d’une étude transversale, de questionnaires et d’études de cas approfondies à travers 32 pays européens, le nombre d’Européens exposés à l’humidité et à l’insalubrité de leur logement pourrait être réduit de 50 % à l’horizon 2050, et faire ainsi reculer de 25 % l’incidence des pathologies respiratoires corollaires. Ce qui, dans le cas de la pathologie asthmatique, permettrait d’enregistrer 550 000 cas en moins.

Pour le Groupe VELUX, engagé en faveur de l’habitat de demain à travers de nombreux projets de construction et de rénovation expérimentales permettant de concilier santé, confort et performance énergétique dans le logement, il devient essentiel que les réglementations puissent refléter la recherche d’un habitat à la fois durable et sain. Dans cette perspective, il est important que les préoccupations en matière de climat intérieur puissent être inscrites à l’ordre du jour de l’actuelle révision de la Directive sur la Performance Énergétique des Bâtiments (DPEB), dont les dispositions fixent un cadre commun à l’Union énergétique, transposable dans les législations nationales relatives aux bâtiments.

« Nous sommes convaincus qu’un climat intérieur sain permet de faire reculer les affections respiratoires imputables à l’humidité. Cette étude montre que les acteurs du bâtiment ont leur rôle à jouer dans la pédagogie des bonnes pratiques, en intégrant les notions de santé et de bien-être dans l’habitat, mais aussi à travers des produits et systèmes innovants qui prennent en compte la qualité de vie des personnes. Cette préoccupation, tout comme les enjeux énergétiques, doit servir d’orientation à la rénovation du parc immobilier existant et à la construction de nouveaux bâtiments, et pour cela se refléter dans les labels et réglementations à venir »
Catherine Juillard, Directrice Bâtiments Durables et Relations Institutionnelles de VELUX France

Comment prévenir l’humidité à l’intérieur des logements

Selon l’Institut Fraunhofer, l’humidité constitue l’un des principaux défauts relevés dans les habitats européens : l’étude montre ainsi que 14 % des logements français sont humides. En avril 2016, le Groupe VELUX et l’Université allemande Humboldt dévoilaient la 2e édition du Baromètre de l’Habitat Sain. Celui-ci pointait que les Français dont le logement a de la moisissure présentent un risque 2 fois plus élevé de souffrir de sécheresse ou d’irritation de la gorge. En cause notamment : des structures de bâtiments inappropriées et la négligence des occupants, qui n’aèrent pas suffisamment. Ce phénomène entraîne un risque potentiel de formation de moisissure, qui peut être réduit significativement en choisissant les bons matériaux de construction lors des rénovations.

 

En avril 2016, le Groupe VELUX a finalisé le projet RenovActive en Belgique, un concept de rénovation d’une maison selon les principes « Active House », axés sur la qualité architecturale de la construction, la santé et le confort de ses occupants, l’efficacité énergétique et le respect de l’environnement.

AvantAprès

L’un des piliers de cette rénovation consiste à prévenir la formation d’humidité et de moisissure à l’intérieur, grâce à la combinaison de la ventilation mécanique et de la ventilation naturelle. Vous retrouverez le détail du concept RenovActive en cliquant ici.

Le livre blanc de l’IBP Fraunhofer intitulé « Vers une identification de l’impact de l’environnement intérieur sur la santé et la performance en Europe » est désormais consultable sur le site de l’Institut : lien.

 

Espace presse VELUX : http://presse.velux.fr/

 

A propos de VELUX

Depuis 75 ans, le Groupe VELUX a pour vocation d’améliorer le cadre de vie grâce à l’entrée de lumière naturelle et d’air frais par le toit.

Sa gamme de produits comprend une grande variété de fenêtres de toit, solutions pour les toits plats, conduits de lumière naturelle et verrières modulaires. Le Groupe VELUX propose également une gamme d’équipements pour se protéger de la chaleur, créer l’obscurité ou tamiser la lumière comme les volets roulants et les stores extérieurs et intérieurs ainsi que des commandes intelligentes.

Les produits VELUX contribuent à garantir un environnement intérieur sain et durable pour vivre, travailler, et se divertir dans les meilleures conditions.

Grâce à leur performance énergétique élevée, ils s’inscrivent dans un cercle vertueux pour l’environnement.

Le Groupe VELUX détient des sociétés de vente dans plus de 40 pays et des usines de production dans 11 pays. Il emploie environ 9 500 personnes dans le monde et appartient à la société VKR Holding A/S, intégralement détenue par des fondations et par la famille du fondateur.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur www.velux.com.

 

À propos de l’Institut Fraunhofer

Les missions de l’Institut de Physique du Bâtiment Fraunhofer (IBP) se concentrent sur la recherche, le développement, les tests, la démonstration et le conseil dans les domaines de la physique du bâtiment. Elles concernent des sujets comme la protection contre le bruit et les mesures d’isolation acoustique, l’optimisation de l’acoustique dans les espaces intérieurs, les solutions d’amélioration de l’efficacité énergétique et d’optimisation des techniques d’éclairage. L’iInstitut se préoccupe également du climat intérieur des bâtiments, de l’hygiène, de la protection sanitaire et des émissions des matériaux, et de la protection contre la chaleur, l’humidité et les intempéries, la valorisation du patrimoine immobilier ainsi que la conservation des monuments historiques. Il utilise des méthodes d’ingénierie du cycle de vie pour analyser les produits, processus et services du point de vue écologique, social et technique afin d’évaluer la pérennité, l’optimisation à long terme et la promotion des processus d’innovation. Les domaines de recherche de la chimie du bâtiment, de l’éco-construction, de l’hygiène et de la lutte contre les infections, ainsi que la technologie du béton viennent compléter la gamme de services de l’Institut de Physique du Bâtiment. Une équipe basée à Kassel renforce les activités existantes dans les domaines de la consommation rationnelle d’énergie et du développement de composants techniques.