Morangis,
10
Octobre
2019
|
09:30
Europe/Amsterdam

Baromètre de l'Habitat Sain 2019 : Grandir dans des bâtiments malsains

Le Baromètre 2019 révèle l'impact des logements et des écoles insalubres sur la santé et la scolarité des enfants

En Europe, 26 millions d’enfants, soit 1 enfant sur 3, vivent dans des logements insalubres présentant des problèmes d’humidité ou de moisissures et marqués par le manque de luminosité, le bruit et le froid. Les enfants exposés à ces quatre facteurs ont quatre fois plus de risques de se trouver en mauvaise santé et de voir leur scolarité en pâtir.

Voici quelques-unes des conclusions du Baromètre de l’Habitat Sain 2019 publié par le Groupe VELUX et dévoilé ce 10 octobre à l’occasion du Healthy Buildings Day 2019 à Paris. La cinquième édition de cette étude annuelle se concentre sur certains des membres les plus vulnérables de notre société : les enfants.

Le baromètre révèle en effet que les enfants vivant dans des environnements intérieurs malsains ont une probabilité supérieure de souffrir d’eczéma, de toux, de souffle court, d'asthme, d'allergies et de troubles respiratoires. Leur scolarité peut également en pâtir, avec une augmentation de l’absentéisme scolaire. Mais les conséquences sociales de ce phénomène dépassent la santé et la scolarité des enfants et ont aussi une incidence sur l'économie du fait des interruptions de travail des parents qui doivent prendre soin de leurs enfants malades.

Principales conclusions :

· 1 enfant européen de moins de 15 ans sur 3, soit 26 millions d’enfants, vit dans des bâtiments insalubres

· Les enfants exposés à quatre facteurs de risque (humidité ou moisissures, manque de luminosité, bruit et froid) ont 4,2 fois plus de risques d’être en mauvaise santé.

· Près de deux millions de jours de classe manqués par an du fait de problèmes de santé résultant des carences de l’habitat.

· Une qualité de l’air améliorée permet d'accroître jusqu’à 15 % la performance des élèves (capacité à réaliser certaines tâches)

 

Des conséquences sur la scolarité

Les maladies liées à l’habitat insalubre sont responsables de près de deux millions de jours de classe manqués chaque année. En moyenne, cela correspond à 2,5 jours d'école manqués par enfant malade et par an en raison de maladies liées à un environnement intérieur insalubre (asthme, allergies, eczéma, rhumes, bronchite, pneumonie…)

Les enfants ont le droit de grandir dans un environnement favorable à leur santé et à leur bien-être. Pour préserver ce droit, il est de notre responsabilité de veiller à ce que le logement dans lequel ils grandissent et les écoles qu’ils fréquentent présentent un environnement intérieur sain afin d’accompagner leur développement.
David Briggs, CEO du Groupe VELUX

Des écoles et des logements plus sains au bénéfice de l’économie

Une meilleure aération dans les écoles et une réduction de l’humidité ou des moisissures dans les logements d’Europe seraient non seulement bénéfiques pour la santé des enfants, mais permettraient également de stimuler l’économie européenne en générant globalement plus de 300 milliards d’euros d'ici à 2060. Par ailleurs, la réduction des nuisances sonores, un accès plus large à la lumière naturelle et une température intérieure plus agréable s'accompagneraient d'autres avantages économiques.

« Il est indispensable de décarboner le parc de logements en Europe, afin d’atteindre nos objectifs en termes de durabilité et de climat. Dans le cadre de ce processus, nous devons également veiller à ce que les bâtiments deviennent des lieux sains et sûrs dans lesquels nos enfants pourront grandir. Le baromètre de cette année nous montre qu'une modernisation de nos bâtiments génère non seulement des retombées économiques favorables liées à la réduction de la facture énergétique, mais qu’elle stimule également l’économie européenne en palliant les carences des bâtiments qui affectent la santé de nos enfants », a déclaré Morten Helveg Petersen, député européen du groupe Renew Europe, vice-président de la Commission parlementaire de l’industrie, de la recherche et de l’énergie (ITRE) et lauréat des MEP awards 2018 dans la catégorie « Energie ».

Les populations périurbaines et à faibles revenus désavantagées

Ce ne sont pas seulement les enfants vivant en milieu urbain qui sont les plus exposés. Les zones périurbaines sont également concernées. En effet, les maisons individuelles à l’environnement intérieur insalubre exposent  particulièrement leurs habitants à des problèmes de santé. Ce phénomène est une source d’inquiétude notable car la périurbanisation en Europe (en augmentation de 47 %) a largement dépassé l’urbanisation (en augmentation de 30 %) entre 1961 et 2011. En outre, les enfants issus de familles à faibles revenus sont davantage exposés aux problèmes de santé. Les ménages se situant dans les premiers 20 % sur l’échelle des revenus présentent 25 % de risque en plus de vivre dans des logements présentant des carences.

40 % des écoles françaises ont au moins une salle de classe trop confinée

Les écoles et les crèches souffrent également de la formation de moisissures, d’un manque de lumière naturelle, de bruit et de problèmes de renouvellement d’air. Des études attestent des effets potentiellement néfastes pour la santé d’une série de polluants intérieurs que l’on rencontre en milieu scolaire, et qui proviennent de l’air ambiant, de certains matériaux de construction, de produits d’entretien ou d’activités scolaires (peinture, coloriage avec des feutres, collage…).

En France, 40 % des écoles ont au moins une salle de classe dans laquelle le renouvellement d’air n’est pas satisfaisant, au regard de l’occupation, ainsi que l’a montré l’Observatoire de la qualité de l’air intérieur à la suite d’une enquête menée dans 300 écoles de 2013 à 2017.

Pourtant, les expérimentations menées par le Groupe VELUX dans deux écoles, à Marcey-les-Grèves dans la Manche et à Saint-Germain-en-Laye dans les Yvelines, ont montré qu’un programme de ventilation naturelle séquencé de manière ponctuelle à différents moments de la journée (récréations, pause du midi…) pouvait significativement améliorer la qualité de l’air au sein des salles de classe.

Pour en savoir plus

 

À propos du Baromètre de l’Habitat Sain 2019

Le Baromètre de l’Habitat Sain 2019 s’intéresse à ce qui se produit en dehors des quatre murs des maisons et examine l’endroit où nos enfants passent le plus clair de leur temps : l'école. L’étude révèle à quel point il est capital d’améliorer l’environnement intérieur des salles de classe pour permettre aux enfants de tirer le meilleur parti de leur scolarité.Le Baromètre de l’Habitat Sain est une série d'études menées dans toute l’Europe dont l’objectif est de se pencher sur le lien qui existe entre habitat et santé. La première édition du Baromètre de l’Habitat Sain est parue en 2015.

Le présent rapport est la cinquième édition publiée par le Groupe VELUX. Le baromètre de cette année compile de nouvelles analyses des bases de données de l’EU-SILC et d’EUROSTAT, menées par l’institut d’études RAND Europe, un institut de recherche à but non lucratif, destiné à améliorer l'efficacité des politiques publiques. L’ensemble des recherches menées par RAND Europe a été examiné par des pairs, conformément aux critères d’assurance qualité de RAND. Ces travaux contribuent au bien public et ne saurait impliquer aucun soutien commercial.

A propos de VELUX

Depuis plus de 75 ans, le Groupe VELUX améliore le cadre de vie grâce à l’entrée de lumière naturelle et d’air frais par le toit. Notre vocation : offrir un environnement intérieur sain et durable dans tous les bâtiments résidentiels ou non résidentiels où nous passons la plus grande partie de nos journées pour vivre, travailler, nous divertir, etc.

Nous proposons une large variété de fenêtres de toit, solutions pour toits plats, conduits de lumière naturelle et verrières modulaires, mais aussi une gamme d’équipements pour se protéger de la chaleur, créer l’obscurité ou tamiser la lumière (volets roulants, stores extérieurs et intérieurs) ainsi que des commandes intelligentes, autant de produits destinés à favoriser le bien-être dans l’habitat et à faciliter la vie des habitants.

Le Groupe VELUX est présent dans plus de 40 pays, à travers ses sociétés de vente et ses usines de production, et emploie près de 11 000 personnes dans le monde. Il appartient à la société VKR Holding A/S, entièrement détenue par des fondations à but non lucratif (LES FONDATIONS VELUX) et par la famille du fondateur. En 2017, VKR Holding a réalisé un chiffre d’affaires de 2,5 milliards d’euros et LES FONDATIONS VELUX ont soutenu de nombreux projets caritatifs, pour un montant de 170 millions d’euros.

En France, près de 1 000 collaborateurs sont répartis entre quatre usines de production et une société de vente. Pour plus d’informations : www.velux.fr